PensionStat.be

À la demande de la ministre des Pensions, Sigedis a mené une enquêté sur la pension complémentaire des salariés et sur le nombre de salariés qui atteignent la cotisation annuelle de 3 % de leur salaire annuel brut, comme le prévoit l'accord de gouvernement.

L'étude démontre que plus d'un travailleur sur trois en Belgique (36 %) n'avait pas du tout de pension de deuxième pilier ou ne se constituait plus activement de droits de pension complémentaire. Pour eux, l'écart avec l'objectif de cotisation de 3 % est maximal.

Pour les 2,4 millions de travailleurs qui se constituent activement des droits de pension complémentaire, les cotisations de pension sont très variables. Par exemple, l'étude indique que pour un travailleur ayant accès au deuxième pilier de la pension, la cotisation annuelle en 2019 était en moyenne égale à 3,5 % du salaire. Cette moyenne cache de grandes différences : la cotisation moyenne des 20% d'affiliés ayant les cotisations annuelles les plus élevées est 100 fois supérieure à la cotisation moyenne des 20% d'affiliés ayant les cotisations annuelles les plus faibles. En ce qui concerne l'objectif de l'accord de gouvernement, il convient de noter que pour la moitié des employés activement affiliés, le taux de cotisation est inférieur à 2 %.

L'étude conclut qu'au total 76% de tous les employés n'atteignent pas l'objectif de 3% de cotisation.

En outre, l'étude examine le coût de l'élimination de ce déficit par rapport à l'objectif fixé. Parmi tous les employés qui n'atteignent pas l'objectif, 82% auraient besoin d'au moins doubler leur contribution annuelle actuelle pour atteindre l'objectif de 3%. Même si l'on ne considère que les salariés qui ont déjà une pension complémentaire, 66 % d'entre eux auraient encore besoin d'un doublement. Afin d'éliminer ces déficits, 1,56 milliard d'euros supplémentaires en plus de la cotisation annuelle totale de près de 4 milliards d'euros pour les employés sont nécessaires.

Vous pouvez lire le rapport complet ici.